ACCUEIL PÉTITIONS LETTRES OUVERTES PROPOSITIONS ET PROJETS LIENS ÉDITEUR FAITES UN DON
Depuis le 2009 04 06 - Nbre de pages vues : 2303788  |  Nbre de visiteurs du site / adresse IP : 43938

 

 


 

L’UNION sur quoi !? Avec qui !? par Luc Archambault 2011 07 20 

 

Le Devoir-Idées-2011 07 20-Pierre Pichette-Pour l'union de toutes les forces indépendantistes
 
L’Appel à l’UNION de nos forces du 20 mai 2010 est lancé par le Collectif citoyen du 5 mai 2011 dans jesignequebec.com et la Tribune LIBRE de VIGILE.net, 166 personnes ont endossé cet appel à ce jour de partout au Québec.
PHASE 2 - de l'APPEL CITOYEN à l'UNION de nos forces | 16 octobre 2010 - recueille 44 signatures. Ces appels sont restés sans suite politique. Mais l’idée fait son chemin, elle est reprise récemment par Pierre Pichette qui titre Pour l'union de toutes les forces indépendantistes.
 
L’UNION sur quoi !? Avec qui !?
 
Le pourquoi étant derrière nous, devant nous se trouve le quoi. Pour éviter le couac Pierre Pichette propose la formation d’un nouveau parti indépendantiste, l’élection référendaire ( pourquoi pas un référendum-électoral ), et la formation d’une Constituante, pendant les travaux de laquelle, gouvernera un gouvernement « provincial » collabo.
 
Pourquoi pas ! L’important étant de mettre de l’avant l’UNION de nos forces. Pourquoi pas ? Parce que ce quoi ne pourra faire l’UNION de nos forces. D’abord parce qu’il faudrait d’abord qu’on s’entende pour saborder le PQ et QS, qu’on s’entende sur le dispositif politique à mettre de l’avant, et il faudra le fonder ce nouveau parti qui fera du maraudage partout dans QS et le PQ qui ne se saborderont pas, et il faudra l’élire ce parti. Avons-nous 10 ans à perdre pour ce faire ? C’est quoi la différence entre ça et le moratoire de François Legault ?
 
Le 6 juin 2009, Jacques Parizeau lors de son discours de clôture du Colloque des IPSO a pourtant été clair quant à l’élection référendaire et les déclarations unilatérales d’indépendance. « Si on veut prendre le pouvoir dans trois quatre ans, puis là, préparer un référendum pour réaliser la souveraineté du Québec, une discussion comme celle-là, c’est tout à fait possible, c’est tout à fait démocratique et c’est parfaitement stérile. » IPSO

Allons-y pour la stérilité… puisque monsieur n’est pas le pape et n’est donc pas infaillible. Encore faudra-t-il cependant qu’il se rallie, s’il est bien question d’UNION de nos forces. Lui et d’autres…

L’UNION sur quoi ?

Ce parti à venir, « n'aurait donc pas à proprement parler de programme politique autre que celui entourant l'accession à l'indépendance. » Alors, après avoir fait voter par l’ANQ une déclaration d’indépendance qui sera désavouée par la Couronne canado-britannique qui en a le droit légal, fut-il illégitime, qu’est-ce qu’on fait ? On fait voter une loi pour former une Constituante ? Admettons, mais que fait le gouvernement sans programme de gouvernance, pendant que le peuple constitutionne s’il n’a pas de programme de gouvernance provinciale, il ferme, prend des vacances, applique le programme des autres partis ? Lesquels ?
 
Ce programme n’est pas tant radical, qu’impraticable, mais surtout, aussi illégitime que ne l’est l’État illégitime du Canada qui s’impose sans avoir ni sollicité ni obtenu le OUI de la démocratie québécoise, ce qui NIE la primauté effective de la souveraineté démocratique du peuple souverain du Québec. Cet État unilatéral du Québec/Canada, impose une légalité illégitime qui s’est accordé un pouvoir de désaveux sur les lois de ses composantes provinciales, ce qu’est l’ANQ. Elle n’a de légalité que par celle, illégitime, constituée en 1982 par l’adoption, par les Parlements de Westminster à Londres et du Canada à Ottawa, de Lois constitutives qui n’ont jamais reçu l’aval de la démocratie québécoise, ni celui de la députation du Québec, ni celui de l’ANQ, ni celui du gouvernement du peuple, ni celui du peuple ; ce pourquoi nous pouvons affirmer que la légalité de cet État est illégitime sur le territoire national du peuple souverain du Québec.
 
Mais tout cela n’est cependant encore que prétention. On pourra prétendre le contraire. Pour trancher, il faut s’engager à appeler le peuple à trancher pour qu’il INVALIDE sur SON sol national du Québec, tout État qui n’a pas obtenu le OUI de la démocratie québécoise.
 
Voilà sur quoi faire l’union de nos forces démocratiques ; ce qui règle d’avance la question de la légitimité, puisque la légalité qu’on dénonce ne s’est fondée que sur le vote de deux Parlements sur lesquels ce peuple n’a pas de prise, par-dessus la tête du peuple. En appelant le peuple à trancher, il est cette fois dans le coup.
 
Cette légalité illégitime dès lors invalidée par le peuple, ne peut plus valablement à la face du monde libre prétendre que celle de l’ANQ est subordonnée à celle de la Couronne canado-britannique créée de toutes pièces par les lois de deux Parlements étrangers. La députation émane du peuple, le gouvernement émane du peuple, mais pas la légalité qui gouverne la députation et le gouvernement qui gouvernent le peuple. S’en réclamer sans l’invalider, ne fait qu’abonder à la subordination à une légalité illégitime que pourra sans mal contrer la légalité illégitime qui déclarera illégal la déclaration d’indépendance votée par l’ANQ, si le peuple ne l’a pas d’abord, invalidée.
 
Vaut mieux prévoir résoudre la question de la légitimité avant qu’après. Pour en finir, il faut élire une députation majoritaire s’étant engagée avant les élections à réunir sous Constituante bicamérale toute la députation du Québec pour qu’elle appelle le peuple à trancher après avoir INVALIDÉ tout État qui n’a pas obtenu le OUI de la démocratie québécoise, non sans avoir VALIDÉ la Constitution primordiale de la République démocratique du peuple souverain du Québec.
 
L’ANQ se saisissant de ces deux Actes constituants peut dès lors les adopter, et appeler le peuple souverain du Québec à les rendre effectifs, non sans modifier la loi référendaire afin d’admettre un référendum à double question, ou un référendum à deux tours. Ce qui se décidera à ce moment-là pour ce qui est du reste de ce que choisira le gouvernement de la multipartite COALITION NATIONALE | Démocratie et Souveraineté ayant été élue en vertu de ce Programme COMMUN d’État transcendant les concurrents programmes de gouvernance des partis parties de la coalition.
 
L’UNI0N avec qui !?
 
L’UNION des forces indépendantistes sur la base d’une élection dite référendaire, d’une déclaration unilatérale, sans programme de gouvernance, même si elle devait voir le jour, ne changera rien à la donne actuelle. Un tel programme est déjà peu ou prou mis de l’avant par un PI marginal. Un tel parti ne pourra rallier nos forces actuellement stationnées au PQ, dans QS, dans l’ADQ, la CAQ, ou dans le champ du découragement démissionnaire.
 
Par contre, une démarche radicalement démocratique, fondée sur le refus de ce qui NIE la primauté effective de la souveraineté du peuple, c’est autre chose. Aucun démocrate ne peut valablement justifier le fait de prétendre au gouvernement responsable dans un État démocratiquement irresponsable. Aucun démocrate ne peut justifier que perdurent les gouvernements collabos qui se trouvent à nier le principe premier de la démocratie sous dictature d’une légalité illégitime.
 
Si une telle Coalition nationale avait vu le jour avant le 2 mai, s’étant engagée à faire de la réunion de la Constituante bicamérale un enjeu crucial, quel souverainiste aurait pu être justifié de voter pour une députation du NPIDI qui aurait refusé de cesser de nier la primauté effective de la souveraineté démocratique de ce peuple ?
 
Les mêmes causes produisant les mêmes effets, comment des souverainistes pourraient-ils voter pour un éventuel parti Sirois/Legault, si François Legault prévoit présider un gouvernement collabo qui tolèrerait sans recours, ce qui nie la primauté effective de la souveraineté démocratique de ce peuple, seule valide fondatrice de la souveraineté de l’État ?
 
Luc Archambault, Lévis | Denis Julien, Chaudière-Appalaches
CPCA | Collectif PAROLE citoyenne en ACTE | Québec |
 
 Opération VIGILE du samedi | la PAROLE CITOYENNE en Acte | Québec | Montréal | Mont St-Hilaire | Gatineau
Démarche endossée par plus de 175 personnes de partout au Québec, notamment par

Le CC|5 | Collectif citoyen du 5 mai 2010 |
Sébastien Ricard, auteur et rappeur,
Le CNR | Comité national républicain | republiqueqc.org |
FORUM du Printemps québécois - TRAVAIL et DÉMOCRATIE 2.0
Pol Pelletier | Auteure, femme de théâtre et féministe | Wikipédia | 2011 01 19 - 22:51 |
Claude Jasmin | Auteur | 2011 03 11 - 16:25 |
Jean-Pierre Matte | comédien et citoyen | 2011 03 29 - 00:46

 

DOCUMENTATION

Lettre ouverte aux démocrates québécois,es – La Révolution du lys | Résister ou collaborer ?

PÉTITION pour la réunion de la CONSTITUANTE BICAMÉRALE |

Autres textes dans...

Opération VIGILE du samedi | ANNEXE V TEXTES | REPÈRES & RÉFÉRENCES |

 


VIGILE du samedi, jesignequebec.com, OÉ